Skip to main content
Recherche sur liberal.ca

Allocution de Justin Trudeau à propos des fusillades survenues à Ottawa​

Publié le 23 octobre 2014 | Aucun commentaire

La version prononcée fait foi

Mes chers compatriotes, je vous parle de la colline du Parlement, qui sort tout juste de confinement. Je suis profondément attristé par les événements horribles qui se sont déroulés aujourd’hui, ici à Ottawa, et je condamne sans réserve ces actes de violence qui ont été commis brutalement et de sang-froid.

Cette attaque est impardonnable. S’il s’avérait que d’autres personnes étaient impliquées dans ces actes, elles devraient être arrêtées et jugées sévèrement par nos tribunaux. J’ai offert au gouvernement notre appui absolu, ainsi que toute l’aide que les membres de notre parti peuvent fournir en ce moment.

Mes pensées, mes prières, ainsi que celles de mes collègues, accompagnent la famille et les amis des victimes de cette horrible fusillade, y compris le caporal Nathan Frank Cirillo, qui montait consciencieusement la garde devant l’un des monuments les plus sacrés de notre nation.

C’était un acte de lâcheté : un homme non armé a été assassiné à courte portée. Les mots ne peuvent pas exprimer la profonde tristesse que nous ressentons aujourd’hui à la suite de sa perte. Je ne peux que remercier les femmes et les hommes qui se sont précipités sur les lieux avec courage pour affronter le tireur et pour nous protéger. Merci pour votre courage, au péril de votre vie, et pour votre professionnalisme durant ces moments de crise.

Dans les jours qui suivent, il y aura des questions, de la colère et peut-être de la confusion. C’est naturel, mais nous ne pouvons pas laisser ces événements nous miner. Que l’on se perde en peurs et spéculations est justement l’intention de ceux qui sont responsables de ces actes haineux.

Ils essaient de nous déstabiliser; nous resterons fermes.

Ils veulent que l’on oublie qui l’on est vraiment; au contraire, il faut s’en souvenir. Nous sommes une nation de justice et de respect.

Leur intimidation ne nous changera pas.

Au contraire, nous devons nous ancrer dans nos valeurs et nos principes. Notre dévouement à la démocratie et aux institutions que nous avons bâties demeure. Rester qui on est en temps de crise fera de nous un exemple pour le reste du monde.

Des criminels ne dicteront pas comment on a agi, comment on se gouverne ni comment on se regarde les uns les autres. Ils ne changeront pas nos valeurs. Ils ne nous diront pas ce qu’on fait avec nos espaces publics.

Aujourd’hui, certains ont parlé de la perte d’innocence de notre pays. Eh bien, c’est faux : le Canada n’a jamais été innocent face aux menaces de ce monde, et on n’a jamais permis à ces menaces de nous affecter. On n’a jamais plié devant ceux qui s’attaquent à nos valeurs et à notre liberté.

Nous sommes restés Canadiens et nous le resterons.

On aura besoin des réponses. Elles seront essentielles si on veut prévenir d’autres attaques.

À nos amis et concitoyens de la communauté musulmane, les Canadiens savent que de tels actes, commis au nom de l’Islam, sont une déformation de votre foi. Continuer en coopération et avec respect préviendra l’influence de l’idéologie propagandiste qui se dit « religion ». Nous marcherons ensemble, pas séparés.

Dans les jours qui suivent, nous serons inondés de photos et de vidéos qui montreront ce qui se passe, ce qui s’est passé aujourd’hui. Mais il y a une chose que nous devons nous rappeler : la photo que nous avons de Canadiens qui viennent en aide et qui protègent d’autres Canadiens. C’est ce que nous sommes réellement et c’est ce que nous allons continuer d’être.

Bonne nuit.

Points de vue de l’Équipe Trudeau : Le développement économique dans les regions

Publié le 20 octobre 2014 | Aucun commentaire

Dans l’économie du savoir, l’innovation peut venir de n’importe où. Cela est plus particulièrement vrai en région. Regardez le candidat libéral Francois-Philippe Champagne et Justin Trudeau :

Raison pour laquelle nous votons pour le projet de loi sur la cyberintimidation

Publié le 20 octobre 2014


En décembre 2013, le gouvernement Harper a présenté le projet de loi C 13, une mesure législative qui, nous a t on dit, devait permettre de s’attaquer au fléau de la cyberintimidation.

La mesure législative créerait une nouvelle infraction particulière liée au fait d’afficher une « image intime » sans le consentement de la personne représentée dans l’image. Dans notre monde de plus en plus branché, il est sans aucun doute devenu essentiel de prévoir une telle infraction, et c’est la raison pour laquelle nous appuyons cet élément du projet de loi C 13. C’est aussi ce qui a incité ma collègue libérale Hedy Fry à présenter, en 2011, une mesure législative portant sur la même question.

La mesure législative fait suite à plusieurs incidents bouleversants et très médiatisés qui sont survenus au Canada, lorsque de jeunes personnes, ne pouvant supporter plus longtemps l’intimidation dont elles étaient victimes, se sont enlevé la vie.

Les conservateurs, incapables de jouer franc jeu, ont cependant regroupé ces changements importants au Code criminel visant à protéger les jeunes avec des mesures qui n’ont aucun rapport avec la cyberintimidation. En fait, sur les 60 articles que contient le projet de loi C 13, seulement sept sont réellement liés à la cyberintimidation.

Les 53 autres articles portent sur un grand nombre de questions distinctes (dont certaines sont très contestables) qui devraient faire l’objet de débats et de votes séparés.

Bien qu’il y ait de nombreuses raisons d’être préoccupé par le projet de loi C 13, permettez moi de n’en citer qu’une seule : les conservateurs sont sur le point d’accorder l’immunité en matière civile et pénale aux entreprises de télécommunications, qui pourront divulguer, sans mandat, les données personnelles de leurs abonnés. Cela va à l’encontre de la décision de la Cour suprême dans l’affaire Spencer – rendue pendant le processus législatif –, qui a rejeté l’accès sans mandat qui est expressément proposé dans le projet de loi C 13.

Le Parti libéral a demandé à maintes reprises au gouvernement conservateur de scinder le projet de loi C 13. Nous avons proposé d’inclure les sept mesures qui s’attaquent réellement à la cyberintimidation dans un projet de loi distinct, et de laisser les 53 autres articles qui seraient traités séparément.

Le commissaire à la protection de la vie privée du Canada a approuvé cette proposition. Il a demandé au gouvernement de ne pas inclure ces articles dans le projet de loi afin que leurs conséquences puissent faire l’objet d’un examen plus approfondi. Même les familles de victimes et la communauté juridique ont demandé que le projet de loi soit scindé.

Les conservateurs ont refusé à plusieurs reprises cette demande raisonnable.

Selon moi, M. Harper et son gouvernement se servent des victimes de cyberintimidation comme paravent pour instaurer des mesures qui permettrait aux conservateurs d’avoir un accès accru à la vie privée des gens, une situation troublante s’il en est, tout en donnant lieu à un relâchement de la surveillance judiciaire.

Le vote définitif sur ce projet de loi se tiendra aujourd’hui à la Chambre des communes. Nous avons longuement réfléchi aux questions qui, selon nous, servent au mieux l’intérêt des Canadiennes et des Canadiens, ainsi que celui de nos communautés. Nous appuierons le projet de loi afin que les mesures qui peuvent réellement protéger les jeunes de la cyberintimidation puissent être adoptées.

De manière tout à fait délibérée, les conservateurs nous ont placés devant un choix odieux. Il sera douloureux pour nous de voter pour le projet de loi dans son ensemble, et c’est justement le but des conservateurs. Ce gouvernement est prêt à aller jusqu’à sacrifier l’intégrité du Code criminel pour atteindre un objectif partisan peu louable.

En juin dernier, au comité parlementaire menant les audiences sur le projet de loi C 13, j’ai proposé une modification visant à exiger un examen obligatoire du projet de loi après un délai de trois ans. Le gouvernement a accepté cette proposition à contrecœur, en y apportant un changement mineur. L’examen aurait lieu après un délai de sept ans au lieu de trois ans.

Un gouvernement libéral révisera cette mesure législative avant la fin du délai prescrit. Nous conserverons les mesures liées à la cyberintimidation. Nous protégerons la vie privée des Canadiennes et des Canadiens, et veillerons à ce qu’il y ait une surveillance adéquate. Nous respecterons la Charte et n’utiliserons pas les victimes de crimes pour marquer des points politiques.

Sean Casey, député
Porte-parole libéral en matière de justice

Points de vue de l’Équipe Trudeau : Les deux langues officielles

Publié le 17 octobre 2014 | Aucun commentaire

Les fondements du Canada reposent sur deux langues officielles, ce qui représente un avantage énorme pour ce pays. Découvrez pourquoi dans la vidéo du jour avec la candidate libérale Marie-Josée Normand et Justin Trudeau.

Points de vue de l’Équipe Trudeau : Le droit des femmes de choisir

Publié le 16 octobre 2014 | Aucun commentaire

Le Parti libéral du Canada protègera toujours le droit des femmes au libre-choix. Merci de regarder la candidate libérale Marie-Josée Normand et Justin Trudeau discuter de cet enjeu important.