Skip to main content
Recherche sur liberal.ca

En visite dans l’Arctique, le premier ministre ignore les véritables problèmes auxquels sont confrontées les collectivités nordiques

Publié Par Dre Carolyn Bennett le 24 août 2012 | Aucun commentaire

Pour moi, la visite annuelle du premier ministre dans le Nord canadien est toujours un moment difficile, parce que les vrais problèmes auxquels le Nord fait face ne sont jamais reconnus. Quand je regarde la couverture télévisée de ces visites, j’ai du mal à comprendre pourquoi le premier ministre peut arborer ce petit sourire sarcastique vu la gravité des enjeux avec lesquels les populations nordiques sont aux prises.

Ces dernières années j’ai eu maintes fois le privilège d’acquérir une bonne connaissance du Nord. Je m’y suis rendue pour la première fois en 1998, avec la défunte députée Shaughnessy Cohen, lorsque je faisais partie du « Caucus arctique » établi par l’ancienne députée libérale du Nunavut, Nancy Karetak-Lindell. Nous avons été ébahies par la majesté du paysage et par la dignité et la fierté des habitants. Depuis, je suis retournée dans le Nord presque tous les ans, souvent deux ou trois fois par année, pour écouter et me tenir au courant des difficultés uniques auxquelles sont confrontées nos collectivités nordiques et aussi pour discuter des solutions à envisager pour les résoudre.

Je suis allée à l’île Beechey, et je souscris au nouvel engagement pris par le premier ministre de chercher à en savoir davantage sur la tragique expédition Franklin, mais dans les diverses annonces qu’il a faites, rien au sujet de la seule et unique infirmière qui œuvre à Grise Fjord et qui dépense 75 % de son budget pour faire transporter ailleurs les malades. Rien sur le fait que ces collectivités font l’expérience concrète des changements climatiques et n’ont aucun moyen de contrer leurs effets directs et graves sur leur quotidien. Les réserves communautaires de nourriture sont menacées par la fonte du pergélisol; il n’existe aucune des infrastructures nécessaires en cas d’ouverture du passage du Nord-Ouest à la navigation commerciale et touristique; et à cause du prix exorbitant des denrées alimentaires et du surpeuplement des logements, des enfants vont à l’école le ventre creux et le taux de tuberculose est 137 fois plus élevé qu’ailleurs au Canada. Le premier ministre ne peut pas continuer à ignorer ces problèmes.


Les Canadiens du Nord ont besoin de se faire entendre d’un gouvernement fédéral qui prend en compte leurs difficultés et qui collabore avec eux en véritable partenaire pour s’attaquer aux défis qu’ils doivent relever et saisir les possibilités qui s’offrent à eux. Comme je l’ai dit au début de la semaine, les gens du Nord méritent autre chose de leur premier ministre que de servir de décor à une séance de photos annuelle et de l’entendre annoncer des mesures qui n’aboutissent à rien de concret. Nous n’arriverons jamais à remédier à des problèmes nationaux comme l’insécurité alimentaire, le coût de la vie écrasant dans le Nord ainsi que les écarts sur le plan de l’éducation et de la formation entre les Inuits, Métis, Inu, Dené et les autres Canadiens tant que le gouvernement n’acceptera pas d’abord de reconnaître l’existence de ces problèmes.

Comme l’a noté le rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation, le Canada fait face à un grave problème d’insécurité alimentaire, et d’après certaines évaluations, dans les collectivités nordiques, le niveau de cette insécurité monte jusqu’à 79 %, ce qui signifie que 8 personnes sur dix n’ont pas suffisamment de nourriture. Soixante-dix pour cent des enfants d’âge préscolaire vivent dans des foyers où il n’y a pas assez de nourriture, et le programme gouvernemental, Nutrition Nord, qui était censé améliorer cette situation, a échoué. Malgré tout, le gouvernement refuse même d’admettre qu’il existe un problème.

Des projets d’exploitation à grande échelle des ressources de l’Arctique sont en préparation, mais le gouvernement fédéral ne fait rien pour assurer que les Premières Nations et les autres habitants du Nord peuvent participer à ces projets et en tirer profit concrètement. Pas plus tard que cette année, les conservateurs ont aboli un programme couronné de succès, le Partenariat pour les compétences et l’emploi des Autochtones, auquel participaient à titre de partenaires actifs des entreprises canadiennes du secteur des ressources. Le gouvernement continue de dire une chose et de faire le contraire.

L’incertitude entoure les projets d’infrastructure et de déploiement militaire qu’annonce le premier ministre mais qui semblent ne jamais se concrétiser. Que ce soit les navires de patrouille de l’Arctique ou la construction d’un port en eau profonde, de nombreux projets que M. Harper s’était engagé à mettre en œuvre au profit des gens du Nord ont été privés de financement ou retardés ou n’ont tout simplement pas abouti à quoi que ce soit de concret. Même la station de recherche de l’Extrême Arctique pour laquelle il a annoncé du financement durant sa dernière visite accuse un retard.

Le premier ministre peut bien défendre avec ferveur notre souveraineté dans le Nord, mais il oublie que cela ne se résume pas à des déploiements militaires. En la matière, le bien-être socio-économique des gens qui habitent cette région entre également en ligne de compte. Notre souveraineté dans le Nord dépend de nos populations nordiques. Il est temps que nous les écoutions et que nous collaborions avec elles pour agir selon LEURS priorités.

Dre Carolyn Bennett

Porte-parole libéral en matière d’Affaires autochtones et du développement du Grand Nord et Agence canadienne de développement économique du Nord

Lire la suite ▾
Partager ceci avec vos amis.

Lien court:

Partager ceci avec vos amis.
De: De:
Destinataires: Destinataires:

Source: Gmail · Yahoo! · Hotmail · AOL

Message personnel: Message personnel:

Les adresses ne sont pas partagées.

Nous vous invitons à partager votre opinion avec le Parti libéral. Vos commentaires ne seront pas affichés sur le site web.
De: De:

Les adresses ne sont pas partagées.

La course à la direction du Parti libéral : un an plus tard »

15 avril 2014

Chers/Chères ami(e)s,

Il y a maintenant un an, vous m’avez témoigné votre confiance en m’élisant chef [...]

Déclaration du chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, à l’occasion de Pâques »

17 avril 2014

OTTAWA – Le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, a fait la déclaration [...]

La Charte des droits et libertés: un anniversaire à célébrer »

17 avril 2014

La Charte canadienne des droits et libertés a vu le jour le 17 avril 1982, [...]

Participez à la conversation  

S'il vous plaît noter que les commentaires sont modérés dans le but de stimuler une discussion intelligente et fructueuse. Nous demandons que vous utilisiez un langage civil et respectueux, et que vous évitiez toutes formes d'attaques. Nous nous réservons le droit de supprimer ou de ne pas publier des commentaires ou des informations qui contreviennent à ces exigences.
Article connexe
Tenez vous-en aux faits, Madame la ministre Aglukkaq