Skip to main content
Recherche sur liberal.ca

Les organisations multilatérales ne sont peut-être pas parfaites, mais c’est le meilleur moyen de promouvoir la démocratie

Publié Par Dominic LeBlanc le 12 octobre 2012 | Aucun commentaire

Aujourd’hui, le premier ministre assistait au Sommet de la Francophonie en République démocratique du Congo (RDC). Ces rencontres sont une occasion pour le Canada de plaider en faveur du rôle vital de cette organisation, mais également de susciter une prise de conscience sur les valeurs que partagent les membres de la francophonie avec la RDC, qui fait de nouveau l’objet d’allégations de fraude électorale, de corruption et de violation des droits de la personne.

À l’instar des Nations Unies et du Commonwealth, la Francophonie est une organisation multilatérale composée d’une multitude de démocraties, notamment le Canada, et d’États vulnérables et en situation précaire comme la RDC. Alors que Stephen Harper participait au Sommet de la Francophonie, il menaçait de boycotter la réunion du Commonwealth qui aura lieu l’an prochain au Sri Lanka et annonçait avec grand éclat qu’il s’oppose aux « dictateurs juridiques » des Nations Unies. Malheureusement, ce genre d’attitude va à l’encontre des objectifs poursuivis, ce qui compromet la capacité du Canada de militer en faveur de la démocratie aux quatre coins du globe.

Il est important d’accepter que ces organisations sont intrinsèquement imparfaites. Et elles le sont parce que les pays qui en sont membres comportent des lacunes. Mais la valeur prépondérante du multilatéralisme donne à cette organisation la possibilité d’aborder avec d’autres États des questions comme les droits de la personne, la démocratie et la primauté du droit. Et c’est le dynamisme qui nous pousse à faire avancer les choses dans notre pays respectif et à faire respecter nos valeurs communes, ce qui encourage les pays membres à participer aux initiatives des institutions multilatérales.

Nous faisons la promotion de la démocratie au sein des autres pays en s’engageant avec eux au sujet de ces questions, et non en leur tournant le dos ou en les menaçant de boycotter leurs rencontres. Si Stephen Harper a vraiment à cœur le développement démocratique, comme il le prétend, il doit cesser de prendre un ton antagoniste.

Le Canada a le devoir de reconnaître la part de responsabilité de ces pays lorsqu’ils commettent des erreurs, mais nous devons travailler en partenariat pour nous améliorer en tant que pays membres et pour renforcer ces institutions. C’est uniquement en jouant un rôle constructif au sein de ces organisations multilatérales que nous parviendrons à instaurer la démocratie partout dans le monde.

Dominic LeBlanc

Porte-Paroles en matieres d’Affaires étrangères

Partager ceci avec vos amis.

Lien court:

Partager ceci avec vos amis.
De: De:
Destinataires: Destinataires:

Source: Gmail · Yahoo! · Hotmail · AOL

Message personnel: Message personnel:

Les adresses ne sont pas partagées.

Nous vous invitons à partager votre opinion avec le Parti libéral. Vos commentaires ne seront pas affichés sur le site web.
De: De:

Les adresses ne sont pas partagées.

Scènes de la route : le 12 au 18 août »

20 août 2014

Justin prend part au défilé de la fierté de Montréal. 17 août 2014.

Pour “aimer”, partager [...]

Les libéraux clôturent avec satisfaction leur caucus d’été à Edmonton »

20 août 2014

EDMONTON (ALBERTA) – Au terme de trois jours de réunions et de discussions productives en [...]

Le premier ministre refuse de prendre des mesures concernant les disparitions et les assassinats de femmes et de filles autochtones »

22 août 2014

OTTAWA – Le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, a fait la déclaration [...]

Participez à la conversation  

S'il vous plaît noter que les commentaires sont modérés dans le but de stimuler une discussion intelligente et fructueuse. Nous demandons que vous utilisiez un langage civil et respectueux, et que vous évitiez toutes formes d'attaques. Nous nous réservons le droit de supprimer ou de ne pas publier des commentaires ou des informations qui contreviennent à ces exigences.
Article connexe
Le gouvernement conservateur doit prendre des mesures pour répondre à l’indignation face à la Syrie