Skip to main content
Recherche sur liberal.ca

Communiqués

Les prédictions conservatrices au sujet de l’incarcération sont dangereusement prématurées

Publié le 12 juillet 2012

MONTRÉAL— Le porte-parole libéral en matière de sécurité publique, Francis Scarpaleggia, a fait la déclaration suivante aujourd’hui concernant le programme d’incarcération du gouvernement conservateur :

« La déclaration du ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, suggérant que le programme d’incarcération de style états-unien des conservateurs a coûté aux contribuables moins que prévu et que les populations carcérales n’ont pas atteint les niveaux attendus, est à la fois trompeuse et prématurée. Puisque le projet de loi C-10, projet de loi omnibus contre la criminalité, a été adopté il n’y a que quelques mois, nous n’avons pas encore ressenti les impacts de cette loi en ce qui a trait aux peines minimales obligatoires.

La réalité est que sous les conservateurs de Harper, les budgets des prisons ont grimpé en flèche, l’occupation double et la violence entre détenus ont augmenté et les programmes essentiels de réhabilitation et de réintégration ont été abandonnés. De plus, ce gouvernement ajoute 2 500 nouveaux lits et agrandit 34 établissements correctionnels existants pour accueillir la vague de nouveaux détenus créée par leur approche rétrograde face à la criminalité.

À un moment où le taux de criminalité du Canada affiche un déclin marqué, ce gouvernement dépense nous ne savons combien de milliards de dollars pour un programme d’incarcération voué à l’échec que même les républicains les plus droitistes aux États-Unis ont discrédité, sans compter qu’il refile des coûts importants aux provinces. Le temps est venu pour les conservateurs de Harper de cesser d’ignorer les preuves, d’abandonner leur plan rétrograde et d’investir dans des politiques pénales qui protégeront nos rues et nos collectivités. »