Andrew Scheer ne dispose d’aucun plan pour rassembler les Canadiens

Ottawa (Ontario) – Suite au discours qu’Andrew Scheer a prononcé aujourd’hui au sujet de la Confédération canadienne, Bill Morneau, le député libéral de Toronto-Centre, a fait la déclaration suivante :

___________

« Le discours qu’Andrew Scheer a prononcé aujourd’hui n’est qu’un exemple de plus qui montre que les conservateurs présentent de manière inexacte les mesures que notre gouvernement a déjà prises tout en faisant aux Canadiens des promesses exagérées qu’ils savent ne pas pouvoir tenir.

Il a promis de tenir une rencontre des premiers ministres axée sur le commerce intérieur. Si cela vous rappelle quelque chose, c’est parce que notre gouvernement a tenu cette rencontre en décembre dernier. Il a promis de nommer un ministre responsable du commerce intérieur. Nous avons nommé l’honorable Dominic LeBlanc à ce poste en juillet 2018.

Andrew Scheer s’est servi de son discours pour nous parler de son corridor énergétique déjà annoncé, en omettant d’expliquer en quoi le fait de forcer des projets énergétiques sur les provinces et les territoires correspond à son engagement de respecter leurs champs de compétence.

Enfin, il a promis de se conformer aux décisions prises par d’autres paliers de gouvernement, mais sa crédibilité a été mise à mal quand le gouvernement Harper, dont Andrew Scheer faisait lui-même partie, a refusé de rencontrer les premiers ministres, a ignoré les besoins urgents en matière d’infrastructure des municipalités et n’a pas jugé bon de faire des préoccupations des Premières Nations, des Inuits et des Métis une priorité.

Notre gouvernement, au contraire, travaille d’arrache-pied pour forger des relations partout au pays entre les différents paliers de gouvernement et entre les Canadiens. Nous tenons des réunions à intervalles réguliers avec les premiers ministres pour discuter d’enjeux fédéraux – et nous mettons un point d’honneur à y participer, même lorsque des questions difficiles, comme la péréquation, sont abordées.

Chaque année, nous rencontrons les chefs des Premières Nations, des Inuits et des nations métisses pour parler des moyens de souder plus encore notre pays, ensemble. Nous avons été en mesure d’obtenir un consensus entre les provinces et les territoires sur des points importants, comme le renouvellement des accords sur la santé et la bonification du Régime de pensions du Canada pour les générations de Canadiens actuelles et à venir.

Tout comme le plan de lutte contre les changements climatiques promis de longue date par Andrew Scheer, le plus frappant est peut-être le non-dit. Aujourd’hui, il n’y a eu aucun engagement de la part des conservateurs de tenir des rencontres annuelles des premiers ministres, aucun engagement visant la nomination de juges bilingues, aucun engagement de travailler avec les provinces et les territoires pour lutter contre les changements climatiques et aucun engagement envers des réunions régulières avec les chefs des peuples autochtones. En fait, à un moment où le Canada s’engage dans la réconciliation, les seules références d’Andrew Scheer aux peuples autochtones se font dans le contexte de projets d’exploitation de ressources.

Une chose est claire aujourd’hui : qu’il s’agisse de politique étrangère, d’économie, d’immigration, ou maintenant, de l’avenir de la Fédération, Andrew Scheer et les conservateurs n’ont pas de plan crédible. La désunion n’apporte rien, et c’est pourtant tout ce qu’Andrew Scheer a proposé aujourd’hui. »