Au revoir, mon ami

Mauril a été au service des gens d’Ottawa—Vanier pendant plus de 20 ans et a défendu inlassablement les droits des francophones et l’unité nationale, en plus de promouvoir une société équitable et juste pour tous.

C’est le cœur lourd que je vous écris aujourd’hui pour vous informer du décès de mon ami et collègue Mauril Bélanger.

Sophie et moi offrons nos plus sincères condoléances à son épouse Catherine et à sa famille, ses amis, ses électeurs et ses électrices, et ses très nombreux admirateurs et admiratrices.

Mauril a été au service des gens d’Ottawa—Vanier pendant plus de 20 ans et a défendu inlassablement les droits des francophones et l’unité nationale, en plus de promouvoir une société équitable et juste pour tous.

Mauril a occupé de nombreux postes au sein du cabinet au fil des ans, notamment celui de leader parlementaire adjoint et celui de whip en chef du gouvernement. Même très malade, à la fin de sa vie, Mauril a continué à servir la population canadienne et son pays avec une grande dignité, courage et force.

Les parlementaires de tous les partis lui vouant un respect universel, il avait été nommé président honoraire de la Chambre des communes, à l’unanimité, au mois de décembre 2015.

Nous sommes tous appauvris par son décès, mais les immenses contributions de Mauril à notre pays et au reste du monde seront honorées et commémorées.

Au revoir, mon ami.

Justin Trudeau