Lettre ouverte aux fonctionnaires du Canada

BRAMPTON (ON) – Le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, a envoyé aujourd’hui la lettre ouverte suivante aux fonctionnaires canadiens : 

Au cours des trois dernières années, j’ai eu l’occasion de voyager dans notre beau pays, de visiter des collectivités grandes et petites et de parler aux Canadiens de leurs priorités et de leurs préoccupations. J’ai souvent engagé la conversation – dans des villes comme Charlottetown, Shawinigan ou Victoria – avec des membres fiers et dévoués de la fonction publique canadienne. Je sais que chaque fois qu’un employé de l’État se rend à son travail, il le fait pour servir le Canada, dans l’objectif  commun d’améliorer notre pays et la vie de l’ensemble de la population.

Aujourd’hui, je vous écris pour vous exposer la position du Parti libéral du Canada sur plusieurs enjeux qui, en tant que fonctionnaires fédéraux, peuvent vous sembler importants durant ces élections. Le gouvernement n’a jamais eu si peu de respect et de confiance envers les fonctionnaires, et je tiens à profiter de cette occasion pour vous assurer que la vision que je me fais de notre fonction publique diffère fondamentalement de celle de Stephen Harper.

 Là où il voit un adversaire, je vois un partenaire. J’estime qu’une fonction publique appréciée des Canadiens, qui est aussi une source de fierté pour ses membres, doit être appréciée par son gouvernement. La condition préliminaire – et indispensable – est le respect des droits des fonctionnaires et la confiance en leur capacité à procurer des services efficaces, indépendants et professionnels aux Canadiens.

 Congés de maladie

 En tant que libéraux, nous comprenons qu’un milieu de travail moderne doit être assez souple pour s’adapter aux absences imprévues – pour prendre soin d’un enfant malade, se rendre à un rendez-vous chez le médecin ou travailler à domicile en cas d’alitement. Les employeurs doivent sans cesse chercher des occasions d’améliorer les avantages sociaux dont bénéficient les employés, sans qu’ils leurs soient imposés unilatéralement par les employeurs, ou qu’ils leurs soient repris sans négociations adéquates.

Le Parti libéral du Canada s’est opposé aux dispositions du projet de loi conservateur C-59, qui crée un nouveau régime de congés de maladie, mis en application par voie législative, complètement en dehors du processus de négociation collective. Un gouvernement responsable doit respecter le processus de négociations syndicales et finaliser ses plans financiers à la fin des négociations, et non au début.

Le gouvernement de M. Harper nʼa pas motivé les changements quʼil planifie dʼeffectuer en matière de congés de maladie de la fonction publique. Un gouvernement libéral révisera le mandat de négociation pour sʼassurer quʼil soit équitable et raisonnable pour la fonction publique et pour toutes les Canadiennes et tous les Canadiens.

Un gouvernement libéral s’engage à négocier de bonne foi avec les syndicats de la fonction publique et le Parti libéral du Canada reste résolument engagé à soutenir et à protéger les droits des travailleurs. Pour assurer la prospérité des travailleurs et des employeurs, de la société et de l’économie dans son intégralité, nous devons avoir une législation du travail juste et équilibrée, qui respecte l’application régulière de la loi, et qui est élaborée dans le cadre de véritables consultations.

Santé mentale

Le Canada est confronté à une crise de plus en plus grave dans le domaine de la santé mentale. Une personne sur cinq au Canada sera touchée par un problème de santé mentale à un moment ou à un autre de sa vie. Il est crucial de créer des conditions qui laissent libre cours à une discussion franche et honnête sur cette question, et il revient au gouvernement fédéral de jouer le rôle essentiel de leader pour améliorer le soutien en matière de santé mentale pour tous les Canadiens. Étant le plus grand employeur au pays, il doit relever les défis que posent les maladies mentales, qui représentent presque la moitié des demandes de prestations d’invalidité.

J’ai été encouragé plus tôt cette année par la création d’un groupe de travail mixte sur la santé mentale entre l’Alliance de la Fonction publique du Canada et le conseil du Trésor fédéral. J’appuie sans réserve ce type de processus collaboratif et m’engage à mettre en œuvre la Norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail élaborée par la Commission de la santé mentale du Canada. Appuyer cette norme est bénéfique pour l’employé, le milieu de travail et l’employeur.

Un meilleur service pour les Canadiens

À l’ère du numérique, les citoyens s’attendent à un meilleur service de la part de leur gouvernement. Notre monde évolue rapidement, mais notre gouvernement fédéral ne suit pas. Durant la décennie de pouvoir de M. Harper, les services procurés aux Canadiens n’ont cessé de se dégrader, que ce soit les anciens combattants qui réclament des prestations, les travailleurs canadiens qui ont besoin d’aide au niveau de l’assurance-emploi, des personnes voulant aider leurs proches à immigrer au Canada, ou encore des Canadiens à qui on demande de payer davantage pour obtenir moins de services de la part de Postes Canada.

Un gouvernement libéral collaborera avec nos fonctionnaires dévoués pour procurer la qualité de service auxquels les Canadiens sont en droit de s’attendre. Nous procéderons à de sérieux changements dans les pratiques de fonctionnement de l’Agence du revenu du Canada (ARC), notamment en redoublant d’efforts pour lutter contre l’évasion fiscale internationale et en cessant le harcèlement envers les organismes de bienfaisance pour des raisons politiques. Nous annulerons la décision des conservateurs de M. Harper de mettre fin à la distribution du courrier à domicile et veillerons à ce que les Canadiens bénéficient du service postal sur lequel ils comptent. Notre engagement envers un meilleur service respectera également notre obligation solennelle de veiller au bien-être de nos soldats et anciens combattants, ainsi que de leurs familles, notamment en rouvrant les neuf centres de services aux anciens combattants fermés par M. Harper. Le Parti libéral du Canada croit en l’importance de la Loi sur les langues officielles et tient au bilinguisme de la fonction publique. 

En outre, un gouvernement libéral créera de nouvelles normes de rendement pour les services qu’offre le gouvernement fédéral. Nous commencerons avec les processus entourant les services aux anciens combattants, le traitement des demandes d’immigration, le traitement des demandes d’assurance-emploi et des dossiers du Régime de pensions du Canada, ainsi que les appels devant le Tribunal de la sécurité sociale. Après plusieurs années de compressions effectuées par Stephen Harper et son gouvernement conservateur, de plus en plus de Canadiens ne bénéficient pas en temps opportun de l’accès aux services dont ils ont besoin.

Les Canadiens s’attendent aussi à ce que leur gouvernement mette en œuvre des politiques et des programmes qui se fondent sur des faits. Le remplacement du questionnaire détaillé de recensement par l’Enquête nationale auprès des ménages est un autre exemple du manque de vision du gouvernement conservateur de M. Harper et de sa gestion basée sur l’idéologie. Cette politique nuit aux  Canadiens ainsi qu’aux programmes et services gouvernementaux desquels ils dépendent. Un gouvernement libéral rétablira immédiatement le questionnaire détaillé obligatoire du recensement et donnera plus d’indépendance à Statistique Canada. Nous nous assurerons que la prise de décisions basée sur des faits est de nouveau un principe directeur au gouvernement du Canada.

 Le bâillonnement des scientifiques et le camouflage de renseignements scientifiques de la part des conservateurs constituent une atteinte à la démocratie et sont une source d’embarras pour le Canada sur la scène internationale. Le Parti libéral du Canada s’est engagé à annuler les règles et les règlements qui bâillonnent les scientifiques du gouvernement afin que ceux-ci puissent parler librement de leurs travaux, exception faite de rares cas qui seront signalés publiquement. De plus, nous regrouperons dans un portail central les travaux scientifiques du gouvernement afin qu’ils soient facilement accessibles au grand public.

 En outre, si le Parti libéral du Canada forme le prochain gouvernement, nous créerons le poste de directeur scientifique, dont le mandat sera notamment d’assurer que les travaux scientifiques du gouvernement sont accessibles au public gratuitement, de permettre aux scientifiques de parler librement de leur travail, et de veiller à ce que le gouvernement tienne bien compte des analyses scientifiques lorsqu’il prend des décisions.

Législation défavorable à la fonction publique

 Alors que les Canadiens de la classe moyenne peinent à joindre les deux bouts, le plan de M. Harper n’a rien fait pour améliorer leur sort. Au contraire, le gouvernement conservateur est revenu sur un grand nombre de droits fondamentaux en matière de travail, ce qui a eu des répercussions sur la capacité des travailleurs de se syndiquer librement, de négocier collectivement de bonne foi, et de travailler dans un environnement sécuritaire.

Seuls les libéraux ont l’équipe et le plan qu’il faut pour soutenir et protéger les travailleurs canadiens ainsi que leur famille. S’il est élu, le gouvernement libéral s’engage à rétablir des lois du travail justes et équilibrées et qui respectent le rôle essentiel des syndicats au sein de notre société, ainsi que leur importance pour la prospérité de la classe moyenne.

Les modifications apportées aux droits à la négociation par le projet de loi omnibus C-4 des conservateurs faussent le jeu au détriment des travailleurs quant au choix du mode de résolution des différends et à l’arbitrage.

Les modifications à courte vue défavorables aux travailleurs – basées sur l’idéologie plutôt que sur des données probantes et apportées sans processus consultatif légitime – sont à la fois perturbantes et insoutenables. Nous consulterons les partenaires de la fonction publique et réexaminerons les dispositions du projet de loi C-4.

Si nous sommes pour changer ensemble après le 19 octobre, pour y parvenir, nous aurons besoin du précieux appui des professionnels d’une fonction publique indépendante. De la sécurité alimentaire à des mesures de protection de l’environnement renforcées, en passant par l’assurance que les prestations sont acheminées à temps aux membres des communautés les plus vulnérables, une fonction publique forte est un élément important de ce qui fait que le Canada est si envié dans le monde entier.

Toute ma vie, j’ai été guidé par les valeurs du service public. Je suis convaincu que le moment est venu de restaurer la confiance dans nos fonctionnaires – et le respect que nous leur portons. J’espère avoir l’honneur de collaborer avec vous pour bâtir, ensemble, un pays encore plus fort.

Cordialement,

Justin Trudeau
Chef du Parti libéral du Canada