Nouvelle vidéo : Andrew Scheer promet des coupes brutales et révèle son plan pour les dissimuler durant l’élection

Ottawa (Ontario) – Les libéraux ont publié une nouvelle vidéo aujourd’hui qui révèle qu’Andrew Scheer a informé les conservateurs de son plan de coupes brutales lors d’une réunion privée qui montre notamment comment il dissimulera ce plan durant la campagne électorale.

Lien vers la vidéo : https://twitter.com/bill_morneau/status/1171064659560083466?s=21

« Quand il s’agit de prendre des décisions difficiles et de faire des coupes, je suis d’accord que cela et très important. Toutefois, nous devons être très, très prudents quant à la manière de communiquer cela aux gens. Nous devons gagner la prochaine élection en 2019 et il est déjà arrivé que des partis conservateurs se lancent en prenant un ton très tranchant pour le dire. Nous pouvons plaider en faveur des coupes dans les dépenses, c’est certain. »

(Andrew Scheer, réunion des candidats à la direction du Parti conservateur, Sherwood Park-Fort Saskatchewan (Alberta), 7 septembre 2016)

« Andrew Scheer est déterminé à imposer des coupes et l’austérité, et il minimise délibérément son plan de coupes pour être élu. C’est ce qu’il a dit aux conservateurs lors d’une réunion privée, a déclaré le député libéral Bill Morneau. Le stratagème de M. Scheer, qui vise à minimiser son plan de coupes brutales, ne fonctionnera pas parce que les Canadiennes et les Canadiens savent que les conservateurs disent qu’ils sont au service du vrai monde, mais ensuite, ils baissent les impôts des gens les plus fortunés et imposent l’austérité à tous les autres.

Ce que dit Andrew Scheer dans cette vidéo ressemble en tous points à ce qu’a fait Doug Ford. Ford a dit une chose durant l’élection mais ensuite, il a fait des coupes dans le financement accordé aux écoles, aux bibliothèques, aux agences de santé publique et aux services offerts aux francophones, a ajouté Morneau. M. Scheer a promis le même calendrier de coupes que celui de Doug Ford : cinq ans. Il a simplement décidé qu’il n’en parlerait qu’après l’élection. »