Prévention de la violence conjugale et des agressions sexuelles

◂ Retour

Nous offrirons un plus grand soutien aux victimes de violence conjugale, d’agression sexuelle, et de harcèlement sexuel et nous veillerons à ce que davantage d’agresseurs soient traduits en justice.

Pour beaucoup de Canadiens – en grande majorité des femmes –, la violence sexuelle, le harcèlement sexuel et la violence conjugale sont des menaces réelles, et même quotidiennes. Cependant, de nombreuses victimes choisissent de ne pas rapporter ces incidents à la police, et peu d’agresseurs sont condamnés.

En collaboration avec les experts et les défenseurs des victimes de violence basée sur le genre, nous mettrons au point une stratégie et un plan d’action fédéral global qui s’arrimera aux stratégies provinciales en place.

Nous nous assurerons que les victimes qui fuient la violence conjugale ne se retrouvent pas sans issue : dans le cadre de notre vaste investissement dans l’infrastructure sociale, nous augmenterons le financement consacré à la croissance et au maintien du réseau canadien de refuges et de maisons de transition.

Nous apporterons aussi des modifications au Code criminel : nous renverserons le fardeau de la preuve relativement à la mise en liberté pour les récidivistes de la violence conjugale. Nous ferons en sorte que cette violence soit considérée comme un facteur aggravant, et que la peine maximale soit élevée pour les récidivistes.

De concert avec les provinces et les territoires, nous soutiendrons les campagnes de sensibilisation du public. Nous prendrons des mesures pour que le Parlement et les institutions fédérales, y compris la fonction publique, la GRC et les Forces armées canadiennes, soient des lieux de travail exempts de harcèlement et de violence sexuelle.

Nous reverrons également les politiques actuelles de formation des agents de la paix de première ligne en fonction d’enjeux délicats – comme les questions de genre et de culture – pour nous assurer qu’elles sont rigoureuses et efficaces.

Pour aider les nouveaux arrivants, nous modifierons les règles qui s’appliquent aux conjoints immigrant au Canada. Nous ferons en sorte que la résidence permanente leur soit immédiatement accordée – sans délai d’attente de deux ans. Cette mesure permettra aux conjoints, qui sont pour la plupart des femmes, de travailler et d’atteindre l’autonomie financière.

De plus, nous lancerons sans délai une enquête publique nationale sur les cas de femmes et de filles autochtones disparues et assassinées au Canada.

Évaluez cette politique.