Traitement des eaux usées brutes : l’hypocrisie de Denis Lebel

ROBERVAL (QC) – Denis Lebel, candidat conservateur dans Lac-Saint-Jean, a consacré une bonne partie de la journée d’hier à sermonner le maire de Montréal au sujet de son plan de déversement des eaux d’égout. Plutôt ironique, compte tenu de la feuille de route des conservateurs en matière de traitement des eaux usées.

 Le candidat libéral dans Lac-Saint-Jean, Sabin Simard, a fait la déclaration suivante :

 « Plutôt que de faire la tournée du Québec en se mêlant un peu partout des affaires municipales, M. Lebel devrait passer un peu plus de temps dans sa région, où les installations de traitement des eaux usées sont loin d’être optimales. Pas moins de treize municipalités du Saguenay–Lac-Saint-Jean, dont cinq qui se trouvent dans la circonscription de M. Lebel, sont dépourvues de systèmes de traitement des eaux usées. Par conséquent, ces dernières sont déversées dans le lac Saint-Jean, la rivière Saguenay et leurs affluents de Sainte-Rose-du-Nord, L’Anse-Saint-Jean, Tadoussac, Saint-Charles-de-Bourget, Saint-Fulgence, Labrecque, Notre-Dame-de-Lorette, Saint-André-du-Lac-Saint-Jean, Saint-Edmond-les-Plaines, Saint-Eugène-d’Argentenay, Saint-Ludger-de-Milot, Sainte-Monique-de-Honfleur et Saint-Thomas-Didyme. 

Il ne faut toutefois pas jeter le blâme sur ces municipalités. Elles voudraient toutes faire mieux, mais elles n’ont pas les ressources financières nécessaires. Durant tout le mandat de M. Lebel comme député, le gouvernement du Québec offrait des subventions aux petites municipalités pour les aider à construire des usines de traitement des eaux usées. Jusqu’à récemment, ce programme couvrait jusqu’à 85 % de leur coûts, mais bon nombre de municipalités n’avaient pas les moyens de payer leur part, dont certaines des treize villes se trouvant dans la cour arrière de M. Lebel. Qu’a-t-il fait pour les aider à combler les lacunes? Rien. Depuis l’élection de M. Lebel il y a huit ans, aucune de ces municipalités n’a reçu de financement fédéral pour la construction d’usines de traitement des eaux usées. Les eaux d’égout non traitées ont ainsi continué de s’écouler dans certains de nos cours d’eau les plus majestueux, tandis que les conservateurs de M. Harper et M. Lebel se croisaient les bras. 

Permettez-moi donc de trouver légèrement hypocrite que M. Lebel crie au scandale par rapport au plan de Montréal. Où était-il, toutes ces années, quand la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean avait besoin de leadership?

Après dix ans de laisser-aller sous le règne de Stephen Harper et des conservateurs, il est temps que nous prenions des mesures concrètes en faveur de nos infrastructures et de notre environnement. Le Parti libéral du Canada sera un partenaire fiable pour les villes et les municipalités du Québec et du Canada. Nous investirons 5 milliards de dollars sur quatre ans dans les infrastructures vertes, y compris les usines de traitement des eaux usées.

Le 19 octobre, il sera temps de changer ensemble pour le mieux. »