Voici pourquoi d’anciens combattants se présentent aux côtés de Justin Trudeau

Hier, J’étais à Belleville en Ontario, aux côtés du chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, lorsqu’il a fait l’annonce de son plan pour changer ensemble le soutien offert aux anciens combattants du Canada et à leurs familles.

Le respect du pacte social et de l’obligation morale qui nous lient aux anciens combattants est une chose qui me tient particulièrement à coeur. J’ai passé 35 ans de ma vie à travailler avec nos militaires et à servir à leurs côtés, et je connais personnellement les défis très concrets et dangereux auxquels ils font face chaque jour. Ces braves hommes et femmes incarnent parfaitement les valeurs qui sont au coeur  de l’identité canadienne.

Pourtant, les conservateurs de M. Harper ont renié leur obligation de reconnaître la valeur des sacrifices que nos anciens combattants ont faits pour servir notre patrie. La machine de communication de M. Harper a puisé une fortune dans l’argent des contribuables pour tenter de faire croire à la population que, pour nos anciens combattants, tout va bien dans le meilleur des mondes. Rien n’est plus faux. La vérité est que l’on doit agir et faire preuve d’un véritable leadership pour régler ce problème.

Lors du jour du Souvenir, il y a deux ans, M. Trudeau et moi avons eu le privilège de passer du temps au Cimetière militaire national de Beechwood. Nous avons marché sur les traces de ceux et celles qui sont tombés au combat, et nous avons pu rencontrer leurs familles. Après des mois de discussion avec d’anciens combattants et des Canadiennes et Canadiens, M. Trudeau était résolu à agir. Il a dit : « Il faut corriger la situation. Il faut faire les choses comme il se doit, pour elles et pour eux. Le Canada leur doit tant. »

Hier, M. Trudeau s’est engagé à collaborer avec les personnes touchées et les personnes impliquées pour trouver des solutions. Les premières mesures que prendra un gouvernement libéral pour améliorer concrètement la vie des anciens combattants et de leurs familles comprennent notamment : rétablir les pensions à vie pour les anciens combattants qui ont été blessés et augmenter le montant des indemnités d’invalidité; investir 40 millions de dollars pour faire passer l’allocation pour perte de revenus à 90 % de ce que les anciens combattants touchaient avant d’être démobilisés; investir 80 millions de dollars par année pour créer une nouvelle allocation d’études pour anciens combattants qui couvrira totalement, pendant une période pouvant aller jusqu’à quatre ans, les frais d’études collégiales, universitaires ou techniques; investir 100 millions de dollars par année dans l’élargissement du soutien aux familles des anciens combattants; doubler le financement du Fonds du souvenir pour en élargir l’accès et assurer que les anciens combattants ont droit à des funérailles dignes; rouvrir les neuf centres de services aux anciens combattants que les conservateurs de Stephen Harper ont fermés; et prévoir 20 millions de dollars à son budget pour créer deux nouveaux centres d’excellence en soins aux anciens combattants.

M. Trudeau est prêt à faire la différence dans les vies des anciens combattants et leur famille. Au sein de ma famille, le service public et le service envers notre pays a toujours été d’une importance capitale.

Je vois en M. Trudeau ce même sens du devoir de servir et de leadership dont notre pays a tant besoin.

Nos anciens combattants méritent mieux, et le Canada aussi. Aucun ancien combattant ne devrait avoir à se battre avec le gouvernement pour obtenir le soutien et les indemnisations qui lui reviennent. Nos anciens combattants méritent d’être respectés et soutenus, et d’avoir une réelle chance de réussite une fois qu’ils quittent le service actif. Après dix années de négligence de la part des conservateurs de Stephen Harper, nous avons enfin le plan et le leadership qu’il faut pour améliorer la vie des anciens combattants et de leur famille.

Lieutenant-général Andrew Leslie (retraité)

Candidat libéral dans Orléans